Kenya

UNE MISSION EN DEUX PHASES AU KENYA, LE TROISIÈME ÉTAT BÉNÉFICIAIRE DU PROJET UE/ACP

 

La mission préliminaire de deux semaines au Kenya

La mission au Kenya a été unique par rapport à celles du Rwanda et des Seychelles, les deux premiers pays bénéficiaires.

La mission qui devait commencer en janvier 2014 a dû être avancée du 9 au 20 décembre 2013. L’incendie survenu à l’aéroport international de Jomo Kenyatta en août L’incendie a fait rage à JKIA. L’impact de l’incendie a nécessité de revoir les stratégies visant à assurer la sécurité des masses de voyageurs.est de notoriété publique. L’année 2013 a eu d’importantes répercussions sur les dispositions de sûreté prévues dans cet aéroport en raison de la dégradation évidente des infrastructures de sûreté. Cela a obligé l’équipe de projet à réaliser un examen plus approfondi et à formuler par la suite des conseils techniques à l’État sur les mesures immédiates permettant de corriger le système avant la visite générale de la mission.

La mission préliminaire a été l’occasion pour l’équipe de réaliser une évaluation complète de l’aéroport dans son état actuel afin de fournir à l’État, sous la forme d’un rapport d’évaluation, une liste exhaustive d’options, de solutions, d’idées et de suggestions. Les différents décideurs du domaine de la sûreté de l’aviation peuvent utiliser cette liste lorsqu’ils envisagent l’infrastructure de sécurité à la lumière de l’incendie ainsi que les exigences concernant la planification et la conception précoces des futures installations aéroportuaires.

L’aéroport a déployé des efforts remarquables pour fournir un environnement sûr aux voyageurs, même dans ces circonstances difficiles.

L’équipe a donc axé ses activités sur les domaines clés suivants:

  • Agencement général de l’aéroport
  • Zones associées à la sûreté
  • Évaluation des zones vulnérables
  • Limites et points d’accès
  • Installations, zones et placements géographiques
  • Côté piste
  • Côté aérogare
  • Aérogares
  • Systèmes de bagages
  • Points de contrôle des passagers
  • Contrôle des accès
  • Surveillance
  • Informatique, énergie, communications, infrastructure de câblage et cybersécurité

Les résultats de l’évaluation ont été transmis sous pli confidentiel à l’autorité compétente pour examen.

Assistance technique pour le Kenya

Travailler avec l’Autorité de l’aviation civile du Kenya (KCAA) en vue d’améliorer le paysage de la sûreté de l’aviation dans le pays a été une belle leçon d’humilité pour l’équipe.

Le Kenya occupe un emplacement crucial sur la carte mondiale de la sûreté compte tenu des actes de terrorisme auxquels l’État a été confronté par le passé.

L’équipe du projet a dû rassembler toutes les pièces du puzzle de la sécurité et formuler un avis juste sur la façon de réduire les risques associés au secteur aéronautique kényan.

L’importance du cas du Kenya s’est renforcée pendant la phase d’assistance technique, quand un incident impliquant un dispositif explosif improvisé s’est produit dans un restaurant fréquenté de l’aéroport international Jomo Kenyatta. Malgré tous ces problèmes, l’équipe est restée concentrée et a réussi à fournir l’assistance technique et les formations requises dans le délai prévu.

À la fin de la mission, le 7 mars 2014, l’équipe du projet était parvenue à fournir l’assistance suivante:

  • Aide à l’État du Kenya pour mettre en œuvre son plan d’actions correctrices (PAC) afin d’améliorer le niveau de mise en œuvre effective des normes et pratiques recommandées de l’annexe 17 de l’OACI, suite à la vérification que l’OACI a réalisée en 2008;
  • Transmission d’un avis élaboré sur la façon de mettre en place de manière rentable un service national efficace de surveillance d’assurance de la qualité en matière de sûreté de l’aviation;
  • Fourniture, sur la base de l’évaluation complexe de la structure de sécurité de JKIA, de services de conseils et d’assistance technique appropriés afin d’assurer la mise en œuvre de mesures de sûreté de l’aviation conformes aux normes et pratiques recommandées de l’annexe 17 de l’OACI et aux lignes directrices relatives au contrôle d’accès et à la protection périmétrique de l’aéroport JKIA ; à la protection des aéronefs ; à l’inspection des bagages, du fret et du courrier; à l’inspection des passagers ; à l’inspection du personnel ; et à la supervision locale ainsi qu’à la sûreté côté ville;
  • Réalisation d’une évaluation approfondie des besoins de formation en sûreté de l’aviation au Kenya sur la base de critères complexes;
  • Élaboration d’un programme de formation spécifique afin de répondre aux besoins du Kenya en matière d’AVSEC;
  • Cinq activités de formation dispensées sur quatre semaines afin d’améliorer les capacités des acteurs de la sûreté de l’aviation au Kenya en ce qui concerne la mise en œuvre des diverses mesures de sûreté correspondant au contexte dans lequel ils opèrent.

Activités de formation au Kenya

Les cinq (5) activités de formation suivantes ont été réalisées au Kenya:

1.    Gestion et organisation de la sûreté de l’aviation au Kenya

Cette formation, qui a été créée sur mesure pour le Kenya, était axée sur la gestion et l’organisation de la sûreté de l’aviation. Cette formation a intégré le personnel de direction des différentes parties prenantes, qui en ont profité pour discuter des questions de gestion, des défis rencontrés et de la manière de les surmonter.

2.    Atelier sur le plan de sûreté de l’aéroport international Jomo Kenyatta

Cet atelier a été conçu avec une orientation claire sur JKIA. Avec les défis auxquels l’aéroport a été confronté suite à l’incendie, les participants ont eu l’occasion rare de discuter des questions concernant leur propre aéroport et d’interagir avec le programme actualisé de sûreté aéroportuaire. Les principales questions ont été abordées et certains points ont été clarifiés.

3.    Formation sur l’évaluation des alertes à la bombe

Il s’agit de l’une des formations les plus interactives et les plus intéressantes. Des scénarios très intéressants et de nouveaux concepts d’évaluation des alertes à la bombe ont été présentés aux participants. Une nouvelle équipe d’évaluateurs est née!

4.    Formation sur les opérations de sécuritéé aérienne destinée au personnel de sécurité non aérien

Le personnel de sécurité non aérien a eu la rare occasion de comprendre clairement les opérations de sécurité aérienne. Cette formation très interactive a permis aux participants d’acquérir les connaissances nécessaires dans le domaine méconnu de la sécurité aérienne.

5.    Formation sur la gestion des crises et l’évaluation des risques de sécurité

Cette formation, qui a été bien suivie, a été une révélation pour la plupart des participants. Il était intéressant de constater que le cours était adapté au scénario kényan et qu’il ne s’agissait pas d’un programme générique de formation sur la gestion des crises.

Au total, 102 personnes ont participé aux activités du programme de formation au Kenya.

Les participants à la formation sur l’organisation et la gestion de la sûreté de l’aviation au Kenya posent pour une photo de groupe.